© 2019 par Ma & Ky & Mi

Bologne

& Venise

4 mois après notre retour d’Asie nous n’avions pas encore remis les pieds hors de France. Notre pays est évidemment un territoire plein de charme, de beautés naturelles, de paysages grandioses (notre semaine à Ouessant nous l’a encore confirmé) mais nous avions envie d’entendre à nouveau une langue différente, de goûter une cuisine délicieuse, d’admirer une architecture différente…ma fille rêvait de découvrir Venise et moi je rêvais de remplir mon corps de choses aussi merveilleuses que des pizzas ou des pâtes. Quoi de mieux que 4 jours en Italie début juillet pour nous aider à attendre patiemment les vacances ?

Venise
  • Les voyages en train

Dans ma vie sans enfant j’étais déjà allé 5 fois en Italie et ça faisait un moment que j’avais envie d’y emmener mes petits. Faut dire qu’en général, l’Italie, ça nous botte ! (vous pouvez me jeter des tomates).

On a parfois des envies de voyage qui arrivent soudainement et qu’il faut absolument combler, rapidement, sous peine d’humeur amère qui s’installe ! Mais qui dit envie de dernière minute dit aussi billets hors de prix…je me suis alors rappelé mon voyage à Rome en train couchette il y a 15 ans et même si cette ligne est aujourd’hui fermée le Paris-Venise existe toujours ! C’est donc en train couchette, avec la compagnie Thello que nous avons voyagé. Se sentir bercé par le doux roulement du train, se perdre dans ses pensées en regardant les paysages défiler, discuter avec les passagers (d’ailleurs ma fille s’est fait une copine dans le train avec qui elle est toujours en contact), et se réveiller au petit matin dans un nouveau lieu, une nouvelle gare grouillante de vie ! Ça nous a rappelé notre trajet au Vietnam, entre Ninh Binh et Hué. Première nuit en train pour les enfants, ils m’en parlent encore…

 

Nous sommes arrivés à Milan avec une heure de retard. C’était notre gare de transit et nous avons donc raté notre correspondance. Mais un gentil employé de la gare a tout arrangé et nous sommes partis en direction de Bologne !

Puis, de Bologne nous avons repris un train pour Venise. Ce qui est génial avec les trains c’est que bien souvent on arrive en plein de cœur de la ville.

Bologne
  • Canaux et arcades : à chaque ville sa spécificité

 

Ah, Venise et ses fameux canaux…Venise est très (très très) touristique, mais comment résister ? C’est une ville extrêmement romantique (oui oui, même quand on voyage seule avec 2 enfants), pleine de charme et de merveilles architecturales ! On a adoré s’exfiltrer des principales artères aussi bondées qu’un chassé-croisé sur les routes entre juillettistes et aoutiens (je rêvais de le placer dans un article) et se retrouver totalement seuls dans les dédales de minuscules ruelles.

 

Venise-sur-foule
Désert-sur-Venise

On en a passé du temps à regarder les façades des maisons et le linge qui pend, à faire coucou aux gondoles qui passaient, à jouer à chat perché.

Il faut savoir que Bologne est une ancienne ville constituée de canaux également, malheureusement ils sont quasiment tous sous asphalte aujourd’hui.

Par contre une grande partie du centre historique de Bologne (40km tout de même !) est construit sur un système d'arcades, qui permettent de se protéger du soleil l'été et de la pluie l'hiver. Astucieux n'est ce pas ?

  • Des rues pleines de couleurs

Ce voyage en Italie fut placé sous le signe des couleurs. Bologne et ses façades ocres, Venise et ses canaux pigmentés, Burano est ses teintures éclatantes…c’était une sollicitation visuelle de chaque instant.

Bologne

1/1
Burano
  • Gastronomie et spécialités italiennes

Mes collègues italiens me l’ont certifié à l’unanimité : Bologne « la Grassa » est la capitale gastronomique de l’Italie. Ça tombe bien, dans la famille on aime plutôt bien manger ! N’allez surtout pas commander des spaghettis à la bolognaise, ici  ce sont des tagliatelles al ragù. L’autre spécialité  ce sont  les tortellinis, ces petites pâtes fourrées. On y mange également des pizzas, bien-sûr, souvent énormes et pour très peu cher !

A ne surtout pas rater, l'aperitivo, véritable institution en Italie. Sur les tranches horaires de nos "happy hours", le principe est le suivant : on commande un cocktail et on nous offre quelques collations gastronomiques avec. Dans certains bars, c'est même un buffet à volonté d’amuse-bouches qui est proposé. L'idée est de se mettre en appétit, pas de se ruer comme des gloutons débarquant au buffet à volonté du restaurant chinois de Noisy le Sec.

Pour notre part, les petits en-cas servis nous ont fait un dîner...

Mais l’Italie c’est aussi…les glaces. On s’est régalé et rafraîchi avec des « gelati » faites maison, délicieuses ! Et en plus les 2 meilleurs glaciers de Bologne se trouvent sur le chemin du parc Margherita, on a donc été obligé de s’y arrêter !

  • Une église à chaque coin de rue

On adore visiter les lieux de culte, églises, mosquées, synagogues, temples, dès qu’on peut y rentrer on y va. Il s’échappe toujours de ces endroits un sentiment mystique, très apaisant voire même presque soulageant. Les enfants adorent y allumer des bougies et « faire des prières », je ne sais pas à quoi cela correspond pour eux car ils n’ont reçu aucune éducation religieuse, mais ils prennent cela très à cœur…

Ça tombe bien, en Italie il y a des églises à chaque coin de rue. À Bologne nous avons découvert l’Église Santo Stefano avec son cloître intérieur, superbe, mais également la Basilique di San Petronio située sur la piazza Maggiore (15ème plus grande église du monde !) et la Cathédrale San Pietro, immense, sur la grande avenue commerciale de Bologne (le décalage est saisissant), et, belle surprise, comme souvent quand nous visitons des églises, quelqu’un jouait de l’orgue. Petite parenthèse enchantée dans la journée.

À Venise, chaque petite église vaut le coup d’œil, mais nous en avons retenu une : l’église dell’Orto, comprenant une superbe fresque intérieure, dans le petit quartier désert du Cannaregio.

La plus somptueuse étant évidemment la basilique Saint Marc, que nous avons eu la chance de visiter à midi, l’heure où les rayons du soleil font scintiller toutes les mosaïques de la basilique. L’intérieur est aussi beau que l’extérieur ; avec une architecture de type byzantine, la cathédrale est surmontée d’arches finement sculptées, de statures de bronzes, de colonnes de marbre. Les 4000 m² de mosaiques intérieures parfaitement entretenues représentent les scènes de toute l’histoire de la Chrétienté.

À ne manquer sous aucun prétexte !

  • Le coin des Enfants

 

Venise et Bologne sont 2 villes tout à fait visitables avec des enfants. Les miens marchent bien et nous avons arpenté chacune de ces villes à pieds, nous arrêtant à chaque fois que quelque chose nous intriguait ! Les enfants ont particulièrement aimé :

 

À Bologne :

- Chercher la fenêtre du Canal (Finestrella di Via Piella)

Une petite fenêtre qui s’ouvre sur le canal. Au  Moyen-Âge Bologne était traversée par plusieurs dizaines de cours d’eau organisés en canaux artificiels, permettant d’améliorer le commerce de Bologne avec le reste du monde et d’acheminer l’eau au centre-ville. Mais ils ont été couverts ensuite, pour des raisons de salubrité et de santé publique.

C’est un des seuls endroits à Bologne où on peut en voir un ! Située au nord de Bologne, elle est située dans un quartier beaucoup moins touristique, et du coup très agréable à découvrir.

- Monter à la Tour Asinelli

Symbole de la ville avec ses 97 mètres de hauteur, et voisine de la tour penchée Garisenda (encore plus penchée que la tour de Pise !), elle permet, après une ascension de 498 marches en bois (attention vertige), d’avoir une vue sur Bologne et ses alentours absolument magnifique.

- Découvrir les momies au musée Civico Archeologico

Nous avons fait un petit détour dans le musée pour visiter uniquement la collection égyptienne, parmi les plus belles d’Europe. Les enfants ont pu voir en vrai ce qu’ils avaient lu dans les livres : l’embaumage, la momification, les tombeaux.

L’entrée pour les -18 ans est gratuite.

- Se défouler dans le parc Margherita

À quelques minutes à pied de notre appartement, le parc Margherita permet aux enfants de courir en toute sécurité, de faire de la balançoire et de la voiture électrique. Nous y avons trouvé un peu de fraîcheur et passé de bons moments en fin de journée ! Il y a également un lac rempli de dizaines de tortues (et bébés tortues, "regarde mamannnnnnnnnnnnn comment c’est trooooooop mignon, on pourra prendre une tortue chez nous en rentrant ??") et quelques petits snacks pour acheter à boire et à manger.

À Venise :

- Visiter le palais des Doges

N'ayant pas voulu réveiller les enfants lors de notre nuit à Venise, nous avons quitté l'hôtel à une heure où il y avait déjà près de 400m de queue pour la basilique Saint Marc. Par contre pour le palais des Doges (ou palais Ducale), il n'y avait aucune attente ; nous l'avons donc visité. Ce palais fut la résidence officielle des doges, ces magistrats de la république de Venise, ayant le pouvoir de déclencher une guerre, commander les armées et présider le Sénat. Les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires y étaient centralisés. Par contre, interdiction de se marier avec une femme autre que Vénitienne ! Sa taille, immense, et ses vastes fresques en font un palais d'exception ; des grands artistes tels que Véronèse ou Le Tintoret ont décoré de façon magistrale les plafonds. Le Tintoret a d'ailleurs réalisé l'immense fresque intitulée Le Paradis, qui, de ses 22m de long, en fait le plus grand tableau au monde.

Le Pont des Soupirs, petit pont de pierre fermé que les prisonniers empruntaient pour passer du palais de justice aux cellules, nous emmène à la découverte des prisons. Les enfants se sont passionnés pour la grandeur de ces monuments et l'histoire entourant les lieux.

- Manger des glaces à Burano

De mon dernier passage à Venise, je gardais un souvenir intact de Burano, la belle île aux maisons vives. Les enfants en sont repartis avec un souvenir aussi fort que le mien ! On adore cette île photogénique, sans circulation, au calme. Un must à découvrir à 45 minutes de Venise en bateau.

- Prendre le Vaporetto

À Venise, les ruelles sont bien trop larges pour y faire passer le moindre véhicule. L'île est donc entièrement piétonne (tellement agréable avec des enfants) et tout se passe sur le Grand Canal, qui traverse la ville du Nord au Sud. Les bateaux servent autant à la police, qu'aux pompiers ou aux éboueurs pour y déplacer les ordures. Les Vaporetto transportent les passagers, comme un bus le ferait sur la terre ferme. Les enfants ont été fascinés par les hommes criant le nom de la station à chaque arrêt et accrochant les bateaux pour permettre la descente et la montée en toute sécurité. Ils ont aussi aimé notre promenade à la découverte de Venise by night, quand nous avons remonté toute la ligne A pour découvrir les lumières de nuit donnant à Venise une atmosphère feutrée totalement différente de ce que l'on peut ressentir la journée.

  • Transports :

La ligne Paris-Venise de la compagnie Thello dessert les gares suivantes : Dijon-Milan-Brescia-Vérone-Vicence-Padoue-Venise. Il est bien-sûr possible de descendre à n’importe quelle gare pour prendre une correspondance, pour Florence, Rome ou Naples par exemple.

Pour faire Paris-Milan, nous sommes partis à 19h10 pour arriver à Milan à 7h (normalement 6h, mais nous avons eu un retard d’1h). De là nous avons pris un autre train pour Bologne, durée 1h10.

 

J’avais entendu des commentaires affreux sur cette ligne, mais il faut croire que je ne suis pas trop exigeante : les couchettes et couvertures étaient propres, une bouteille d’eau était offerte à chaque passager. À la réservation il est possible de choisir une cabine homme, mixte ou femme. Voyageant seule avec les enfants, j’ai préféré cette dernière option et tout s’est très bien passé. Nous avions réservé des couchettes dans une cabine de 6 lits, mais au final seule une jeune femme était avec nous, et tant mieux car 6 personnes dans une cabine ça doit être un peu étouffant (surtout pour les couchettes du bas !) Le contrôleur nous a pris les passeports au départ et est venu nous réveiller le matin 1h avant l’arrivée pour nous les rendre. Ainsi nous avons pu nous réveiller tranquillement en admirant le lever du soleil sur l’Italie.

Ce dernier nous avait conseillé de verrouiller les portes de l’intérieur quand nous nous couchions et de prendre avec nous nos affaires personnelles à chaque déplacement pour éviter les vols.

 

Pour rentrer à Paris, depuis Venise, nous avons pris l’avion avec EasyJet pour un peu plus de 20€ par personne. Et c'est en bateau que l'on se rend à l'aéroport ! Incroyable non ?

Départ et arrivée des bateaux à l'aéroport de Venise
  • Hébergement :

Nous avons dormi chez Anthony à Bologne, un hôte extrêmement sympatique qui loue deux grandes chambres avec salle de bain propre à chaque chambre et une cuisine commune donnant sur une grande terrasse au dernier étage d’un charmant immeuble. Il vit dans l’immeuble à côté. De nombreux produits de première nécessité sont à disposition, savon, shampoing, café, biscuits pour le petit déjeuner…et le tout, bio ! L’autre chambre n’était pas loué à la période où nous y étions, nous avons donc profité seuls de cet appartement.

45 euros la nuit, hors frais de service et de ménage

À Venise, difficile de trouver quelque chose de central, au dernier moment, sans vider son P.E.L. Nous n’y avons passé qu’une nuit, nous avons dormi à l’hôtel San Gallo, à 5 minutes à pieds de la place Saint-Marc. Là aussi le petit déjeuner était servi sur la terrasse sur le toit de l’hôtel. Ce n’était pas le meilleurs hôtel de notre vie, mais il réunissait tous les critères indispensables pour moi. À savoir bien situé, calme et propre pour 96€ la nuit avec petit déjeuner (chambre triple avec salle de bain).

  • Restaurant :

Aucun restaurant à vous recommander à Venise, en revanche quelques bonnes adresses à Bologne :

 

-Spacca Napoli, via San Vitale 45a, pour ses énormes et délicieuses pizze à prix tout doux (entre 6 et 10€)

-Osteria dell’Orsa, via Mentana 1, pour ses plats traditionnels dans une ambiance « cantine », délicieux et à petit coût (venez tôt car il y a souvent la queue),

-Cremeria Santo Stefano, via Santo Stefano 70, pour ses bonnes glaces maison,

-La Sorbetteria Castiglione, via Castiglione 44, pour des glaces ou sorbets sur le trajet du parc Margherita !

  • A savoir :

  • Il est nécessaire de réserver son ticket et son horaire en amont pour monter à la tour Asinelli à Bologne. Il est possible de prendre les billets sur Internet ou à l’Office du Tourisme sur la plazza Maggiore. Pas d’achat sur place possible !

 

  • Très généralement le prix du service, du pain et des couverts n’est pas compris dans les prix annoncés au restaurant. Attention à la note finale !

 

  • Il sera nécessaire de se lever très tôt pour éviter la longue file d’attente continue à la basilique Saint Marc. Si, comme moi, vous préférez laisser vos enfants dormir un peu pour éviter la fatigue (et donc une mauvaise humeur pour la journée), vous pouvez prendre vos billets en ligne et éviter la queue (mais il faudra payer 3€ au lieu de…rien si vous faites la queue).

  • 4 minutes avec nous à Bologne & Venise