© 2019 par Ma & Ky & Mi

Oslo

Décembre. Comme nous n’avons pas assez froid en France, on embarque vers ce qui commence à ressembler à un rituel : passer le nouvel an partout sauf en France, et de préférence au Nord.

Après avoir découvert Stockholm et Copenhague, nous avons eu envie de découvrir la Norvège, et tout spécialement Oslo.

C’est donc équipé de nos meilleurs gants et de nos bonnets les plus chauds que nous posons le pied dans la capitale norvégienne, en pleine nuit, et déjà sous le charme des multiples illuminations de la ville.

  • Froid de canard ?
     

Premier constat : ça vaaaaa ! La température a alterné entre -1 et 2 degrés, nous sommes bien loin des -18°C de Stockholm deux ans auparavant…

En fait, il ne fait pas si froid à Oslo, protégé au fond d’un fjord et tempéré par l’océan Atlantique et le Gulf Stream.

D’ailleurs on a vu un monsieur se balader en kayak dans Aker Brygge, et quelques mètres plus loin, sur le ponton face au fjord, 2 norvégiens m’ont posé une question à laquelle j’ai répondu en souriant et hochant la tête (oui j’ai rien compris et oui c’était de l’anglais), donc ils se sont empressés de se déshabiller (mais genre tout nu tout nu quoi) et de sauter à l’eau (je précise que la température de l’air étant à -1°C, l’eau devait être au moins à -111 °C). En fait ils m’avaient demandé si ça ne me dérangeait pas qu’ils se mettent nus devant les enfants. Et moi je suis repartie de Norvège en pouvant me vanter d’avoir vu des fesses de vikings.

 

Les températures ne nous ont donc pas empêché de visiter Oslo, et puis on n’est pas venus en Norvège pour enfiler des perles, nous avons donc passé du temps en extérieur à plusieurs reprises.

La première pour grimper à Holmenkollen, ce quartier d’Oslo qui accueille le temple du ski nordique. On y va en métro, et c’est vraiment une ligne qui change du RER B. Déjà, y’a des gens qui montent dans le métro avec leurs chaussures de ski et leurs bâtons sous le bras, sans que personne les regarde (sauf moi, je les ai même pris en photo).

Ensuite la ligne de métro nous fait monter tout doucement dans d’autres quartiers d’Oslo, et là petit à petit le paysage change complètement. On traverse des forêts de sapins enneigés et des maisons en bois, et je me suis dit que si on avait des lignes comme ça à Paris c’est sûr on n’aurait jamais de malaises voyageurs, les gens seraient bien trop occupés à regarder le paysage au lieu de tomber dans les pommes à force de haïr le costard-cravate et son attaché-case qui te sue dessus.

 

Le musée est sympa, il présente 4000 ans d’histoire du ski et retrace l’évolution des techniques et des équipements de ski, donc il y a du ski en veux-tu en voilà, des vieilles planches en bois qui faisaient office de ski (je n’imagine même pas quand un skieur du dimanche perdait le contrôle et que tu te prenais ses skis dans la tronche), pas mal de petits documents sur des skieurs célèbres, sur les animaux de la forêt (oui aucun rapport).

Mais bon nous on n’était pas venus là pour niaiser et on voulait absolument monter en haut du tremplin à ski. Donc une fois arrivés tout en haut il y a une plate-forme qui nous permet d’avoir un superbe point de vue sur toute la baie d’Oslo (pour nous en l’occurrence on avait la vue sur un soleil se couchant sur une mer de nuage, pas mal aussi).

 

On a également pu s’approcher du point de départ des skieurs au saut à ski. Là mes jambes ont tremblé et je me suis dit qu'il y avait vraiment des gens qui se font du mal pour rien.

On a passé un temps fou à profiter de ce spectacle, du coup on a eu peu de temps pour arpenter le musée (oui en hiver le musée ferme à 16h : il fait nuit donc tout ferme et on va se coucher) mais il en vaut la peine.

Notre deuxième longue sortie dans le froid nous a permis de visiter Vigelandparken, et alors là, autant le dire tout de suite, ça a été un gros coup de cœur.

  • Sculpture

Déjà, pour poser le cadre, c’est le plus grand parc de sculptures au monde (avouez que ça en jette). Ensuite, pour la petite anecdote sympa que vous pourrez raconter dans vos dîners mondains, l’histoire de ce parc est assez dingue. C’est l’histoire d’un monsieur, Vigeland, qui un jour s’est levé et s’est dit « tiens, je vais imaginer l’architecture d’un parc, et sculpter 200 sculptures sur le thème de la vie ». Donc il a passé 20 ans à sculpter ses statues nues et à travailler sur son projet de parc, mais, cruelle injustice, il mourut un an avant son achèvement. Heureusement, le résultat est vraiment top, et le parc contient au final 214 sculptures ayant pour sujet la destinée de l’homme, de l’enfance à la vie adulte. Ces statues représentent des gens ordinaires figés dans des scènes de la vie quotidienne. On se balade donc au milieu de ces statues, et avec les enfants on s’amuse à leur donner des noms. Et puis finalement on se rend compte que le dénominateur commun de toutes ces statues, c’est l’amour. L’amour, l’amour, l’amour. Et on se dit que voir la vie de cette façon c’est sacrément beau et aérien.

Et puis on arrive au monolithe, des corps nus entrelacés essayant d’atteindre péniblement le sommet. Cela symbolise la lutte pour la vie. On a trouvé ça très beau, très émouvant, avec ce parc tout glacé, ces statues tellement poétiques, pleines de sensibilité. 

Mais bon, au bout d’un moment, on ne sentait plus nos pieds donc on a dû partir. Mais on vous le conseille vivement, en plus le parc est très beau (et il y a une immense patinoire l’hiver).

 

Un autre endroit assez fort en émotion (ou alors j’étais vraiment d’humeur sensible pendant ce voyage) est situé à Bygdøy, sur une presqu’île. Devant le musée du Fram on peut voir cette installation (avec la pénombre et mon QI limité au début j’ai cru que c’était des vraies personnes) qui est un hommage aux 3500 marins norvégiens qui ont disparu pendant la seconde guerre mondiale en servant sur les navires réquisitionnés de la marine marchande.

  • Boulette de renne

Il faut savoir que la vie est très chère en Norvège. Par exemple, une pizza coûte 25 euros. Oui. 25. VINGT CINQ EUROS. Lorsque je voyage dans des villes sans en bouger, je privilégie un hôtel avec petit déjeuner. Comme ça on mange comme des petits cochons au petit déjeuner et on n’a pas faim jusqu’au goûter (ne me jugez pas je fais des économies de repas).

Notre hôtel était vraiment parfait pour ça. Ses petits déjeuners étaient incroyables. Il y avait du saumon préparé d’au moins 5 façons différentes (cuit, fumé, séché, frais…). Il y avait aussi des boulettes de viande, du fromage, du muesli sans gluten, du pâté de renne, du jus d’orange frais, des thés…

Résultat, on y a souvent mangé le soir aussi (ils font restaurant et c’était très bon). On y a mangé des boulettes de différentes viandes, du chou, des pommes de terre à la sauce, des saucisses et on était contents. Parce que tant qu’on mange dans la vie, on est contents.

  • Architecture

A Oslo, il y a un quartier vraiment chouette qui s’appelle Aker Brygge. Après un siècle d’activité les chantiers navals ont laissé la place à un quartier mixant commerces et habitat. Ils ont passé des années à réhabiliter ce quartier situé sur le front de mer, et le résultat est vraiment superbe. Les anciens bâtiments industriels côtoient l’acier et le verre des constructions modernes, ce qui en fait un des ensembles architecturaux les plus harmonieux d’Oslo.

C’est également au fond de ce quartier, face à la mer que Renzo Piano a construit un magnifique bâtiment, le musée d’art contemporain Astrup Fearnley, faisant penser à un bateau déployant ses toits comme des voiles de métal et de verre (et contenant également la sculpture la plus kitch du monde)

Au bout du bâtiment, on arrive au bout du monde. Non je déconne, on arrive juste au bout d'Oslo, et si on continue de marcher on tombe dans l'eau. Parce qu'on est en plein centre, certes, mais surtout face au fjord. Et c'est vraiment hyper chouette d'avoir ce paysage là à cet endroit là. Vous imaginez Paris face à un fjord ? Moi non plus. Oslo est vraiment sous-côté !

A quelques mètres, trônant au fond du fjord, il y a le massif et austère Radhuset (je me la raconte mais c’est juste l’Hotel de Ville), dont l’intérieur est apparemment à visiter pour sa beauté (on n’y est pas rentré – pourtant c’est gratuit, on a dû rater quelque chose) et qui ressemble beaucoup à celui de Stockholm…de toute façon c’est forcément un bâtiment trop cool, puisqu’on y décerne le prix Nobel de la paix chaque année.

Mais le top du top niveau architecture à Oslo, c’est l’Opéra.

Alors là les gars ont fait fort ; ils ont imaginé un « édifice paysager ». C’est-à-dire qu’on peut le gravir, s’y balader à ski ou y bronzer. Le bâtiment est tout ce que j’aime : lignes sobres et épurées, relief couvert de marbre, immenses baies vitrées illuminant le hall. A l’intérieur, une spirale de lamelles de bois dissimule les 3 scènes. Au large de l’Opéra flotte un iceberg de verre, changeant de reflet au gré de la météo (vous pouvez aussi admirer au passage le blizzard dans lequel on commençait à se trouver). Ce petit joyau architectural est l’œuvre du cabinet d’architectes Snøhetta. A découvrir, vraiment !

  • Musées

Le Nasjonalmuseet et son tableau le plus célèbre : Le Cri de Munch (qui n’est donc pas au musée Munch). J’adore ce tableau et j’avais vraiment envie de le voir. Nous sommes donc partis un matin au musée National, et après avoir laissé nos affaires au porte-manteaux (c’est toujours étonnant dans les pays nordiques de voir que tout le monde laisse ses affaires en toute confiance et sans surveillance, mais nous on se met à l’heure du pays qu’on visite !) nous avons commencé notre visite. Après avoir abandonné mes enfants dans la première salle, j’ai pu visiter le musée en toute tranquillité et admirer mon tableau préféré dans le calme le plus absolu (il n’y avait personne en plus, comme si les planètes s’étaient concertées pour m’épargner les gens dans ce moment à moi).

Le Frammuseet est situé sur la presqu’île de Bygdoy, accessible en vélo par piste cyclable, en ferry l’été, et par le bus n°30 l’hiver. Beaucoup de musées y sont implantés.

 

Le musée raconte l’histoire du Fram, un vaisseau polaire construit en prévision de l'expédition de Nansen, au cours de laquelle il devait se laisser prendre par la banquise afin de dériver par-dessus le pôle Nord. L’exposition se déroule autour du navire lui-même, sur des coursives et sur plusieurs étages. Des tablettes expliquent l’histoire du bateau, les différents explorateurs, le quotidien des équipages en terres polaires, de ses expéditions,en plusieurs langues et en notamment en français !! C’est passionnant, vraiment, d'ailleurs on l'a élu meilleur musée d'Oslo. A faire avec les enfants.

En sortant nous sommes allés jeter un œil au musée des bateaux Viking qui détient 3 bateaux-tombeaux vikings découverts près d’Oslo au début du 20ème siècle. Le plus ancien date de 834 ! Ces bateaux ont servi à des funérailles et leur contenu a été découvert presque intact.

  • Le coin des Enfants

 

Nasjonalmuseet : Une des premières salles du musée est en fait un atelier pour dessiner. Elle propose de dessiner une sculpture (de Vigeland, comme par hasard). Il y a à disposition des sous-main, des tabourets et des crayons, chacun se plaçant où il se souhaite dans la salle, et à la fin nous sommes invités à accrocher nos dessins aux murs. Les enfants ont adoré et y sont restés 1 heure (pendant que moi je visitais le musée en tout tranquillité)

Drøbak : Puisque nous étions à Oslo en pleine période de Noël, j’ai voulu emmener les enfants à la « maison de Noël » à Drøbak. Nous avons pris un bus pendant 1h qui nous a fait traverser la campagne d’Oslo, pendant que le jour déclinait. Nous sommes descendus au mauvais arrêt ce qui nous a permis de remonter toutes les rues afin d'atteindre le cœur du village, et ainsi de voir les petites bougies au bord des fenêtres s’allumer en même temps que la nuit tombait. Le vent était glacial et avant qu’il fasse nuit noire nous avons pu admirer les jolies maisons en bois. J’avais vraiment l’impression d’être dans Géo Magazine tellement tout était typique et cliché. C’était vraiment, vraiment, joli.

Arrivés à la maison de Noël, nous avons été déçus de voir que ce n’était en fait qu’une grande boutique, certes de jolis objets, mais nous nous attendions à quelque chose de plus incroyable ! Néanmoins je ne regrette pas d’y être allée car tout était magnifiquement illuminé, nous avons pris un bon thé chaud et avons pu regarder la jolie église en bois blanc avant de reprendre le bus et de repartir.

Fraamuseet : les enfants ont adoré les reconstitutions qui permettent de comprendre à quel point la vie était difficile dans des conditions éprouvantes, ils ont pu chasser le renne, tirer un traineau et se confronter au froid polaire dans une salle permettant de déambuler dans une reconstitution de plusieurs salles du navire. Ils ont aimé aussi monter à bord du bateau, s’assoir au bureau du capitaine, visiter la salle des machines…nous y avons passé des heures. Clou du spectacle, toutes les 20 minutes apparaissent dans le musée des aurores boréales.

Les ambiances de Noël dans les pays nordiques sont fabuleuses. Il faut savoir qu’il y fait nuit dès 15h30, on découvre alors une ville illuminée de mille feux, que ce soit dans les rues, les petites bougies sur les bords des fenêtres ou les guirlandes suspendues dans les jardins. Les fêtes de Noël, que l’on nomme Jul là-bas (rien à voir avec le chanteur bas de gamme), donnent lieu également à des jolis marchés de Noël dans lesquels on trouve petites échoppes qui vendent glogg (vin chaud) et autres joyeusetés gastronomiques.

La nuit qui tombe si tôt donne aussi l’occasion de se réfugier dans des cafés cosy dans lequel on déguste de bons chocolats chauds, emmitouflés dans des plaids et assis sur de larges fauteuils, en regardant les gens passer (notre deuxième passion après manger)

Notre hôtel était situé juste derrière le théâtre National, devant lequel un marché de Noël, une patinoire et une petite grande roue étaient implantés. Nous y avons passé de belles soirées ! Les enfants ont fait leur baptême de patinoire, de bonnes tranches de rigolades et de souvenirs dont on parle encore aujourd’hui ! On a ensuite pu confirmer nos talents à Budapest, et notamment celui de mon fils qui consiste à se transformer en guimauve fondue dès qu’il met le pied sur une patinoire, peut-être une stratégie pour amortir les chutes, je me questionne encore.

  • Transport :

Nous avons voyagé avec Norwegian Air, compagnie low cost qui n’allume pas la signalétique lumineuse en nous demandant de rejoindre nos sièges à la moindre mini turbulence, et moi je préfère parce que c’est moins anxiogène. Aucun souci avec cette compagnie que l’on avait déjà pris pour aller en Suède et au Danemark.

  • Hébergement :

20/20 pour l'Hotell Bondeheimen, magnifique hôtel très central, à proximité de Karl Johans Gate. Un bâtiment de 1913, un décor moderne typiquement scandinave, une chambre super spacieuse….et en plus, en réservant directement sur le site de l’hôtel j’ai eu les meilleurs prix possibles (moins cher qu’en passant sur Booking) environ 100 euros la nuit avec 3 lits merveilleusement confortables, un petit salon et une salle de bain (petit-déjeuner compris). On a adoré !

  • Restaurant :

A vous conseiller, celui de l’hôtel, recommandé dans les guides. A tomber ! un choix incroyable et typiquement norvégien : saumon à toutes les sauces ! cru, fumé, cuit, du salé, du sucré, dans un salon aux lumières feutrées, mélangeant les clients de l’hôtel et les habitués venant prendre leur repas en lisant le journal.

  • A savoir :

  • L'Oslo Card est avantageuse, elle permet de visiter gratuitement 30 musées et attractions touristiques et d’utiliser gratuitement les transports publics (mais elle coûte cher, normal on est en Norvège). Je ne l'avais pas prise pour les enfants car la majorité des musées étaient gratuits pour eux

  • Il est très facile de se déplacer à pied car la ville n'est pas très étendue. On peut prendre le bus pour Bygdoy et le métro pour Hommelnokem.

  • Évitez d’oublier vos gants dans le bus, comme nous, parce que c’est quand même plus agréable d’en avoir à cette période !

  • Attention, l'hiver le jour se lève vers 9h30 et se couche à 15h30. Beaucoup de musées ferment tôt (16h voire 17h)