© 2019 par Ma & Ky & Mi

T'es courageuse !

December 26, 2017

Depuis que je parle de mes voyages, j'ai typiquement 2 réactions qui reviennent. Parlons donc argent et organisation....

 

 

1. « quelle chance tu as de partir aussi souvent ! Mais comment tu fais financièrement ? » j'avoue que ce type de question me déconcerte toujours autant....

 

 

 

 

 

Est-ce vraiment une chance de partir en voyage (la chance elle se provoque !) ou simplement une question de priorité ?

J’arrive à payer mes charges et a élever mes 2 enfants sur une paye correcte certes mais loin d’avoisiner celle d’un patron, et en plus à mettre de côté tous les mois, pour les voyages mais aussi pour les imprévus, pour le livret A des enfants et mon PEL (prochain grand projet !).

Mon appart est rempli de meubles d’occasion plus ou moins pourris (mais tant qu’ils remplissent leur fonction…), mon frigo est rempli de produits frais du marché (et la viande c’est le midi à la cantine et une fois le week-end), nos week-end s’organisent entre sorties au musée (gratuit -25 ans), au ciné (4€ enfant), en forêt ou dans les parcs, notre restau préféré propose ses plats à 6€. On se fait plaisir à notre façon, on organise notre façon de vivre autour de choses simples, les valeurs plutôt que les apparences, on tente de rester loin de la société de consommation parce que j’ai envie d’ouvrir mes enfants à autre chose que ça, on passe du temps en famille et avec les copains parce qu’on apprécie ces moments simples et qui apportent tellement.

 

 

 

Tout est question de choix dans la vie, et j’ai fais le choix d’ouvrir mes enfants au monde, aux peuples, aux civilisations, aux grands paysages, à des gouts culinaires différents. Donc non, je n’ai pas de « chance », j’ai des priorités !

 

 

2. « tu es courageuse de partir seule ! moi je ne pourrais pas » mais c’est déjà mon quotidien depuis de nombreuses années et je n’ai pas eu d’autre choix !

 

 

 

 

Chaque matin il faut se lever malgré les cauchemars du petit qui ont hachuré la nuit, le nez bouché de la grande qui a coupé le sommeil, préparer le petit déjeuner, vider le lave-vaisselle, ranger le linge et les pirates Playmobil qui ont envahi le salon, il faut gérer le travail la journée malgré la fatigue, et ensuite commence le grand marathon…réussir à boucler son travail, partir pour récupérer les enfants à l’heure et culpabiliser parce que malgré mon statut de responsable je suis toujours la première à partir, préparer le repas (jamais de surgelés ou de plats préparés ici), recueillir les confidences des amours de récré, sécher les larmes des disputes de copines, faire réciter la poésie ou travailler les mots de la dictée, poser une division (merci Google pour me rafraichir la mémoire) ou finaliser l’exposé, superviser les douches, écouter les compte-rendu de bagarre, répondre aux mails pro qui arrivent parce que tu as quitté le boulot tôt….régulièrement il y a la grande à déposer au conservatoire et trainer le petit en pyjama dans le froid de l’hiver parce qu’il est encore trop petit pour rester seul à la maison, certaines semaines il faut y aller tous les soirs parce qu’un concert se prépare, il faut aussi penser à faire le gâteau pour le cours de danse, préparer la monnaie pour acheter les calendriers de l’école, penser à prendre rendez-vous chez le dentiste ou l’ophtalmo, poser un RTT et mettre un mot dans le cahier de l’école, anticiper les rendez-vous suivants, sauter la pause déjeuner pour aller acheter des vêtements aux enfants, partir 1h plus tôt pour aller à l'école voir l'exposition préparée par les enfants, prendre rendez-vous pour le contrôle technique de la voiture, renouveler les assurances scolaires, faire les courses entre midi et 2, passer l’aspirateur pendant que le repas chauffe, programmer les machines à laver et les étendre avec le livre d’histoire en équilibre sur l’étendoir pour réviser la leçon sur les carolingiens, penser à économiser pour payer la colo de l’été, très rarement poser son après-midi pour faire un gâteau et aller les chercher à l’école pour leur plus grand bonheur !

 

Il suffit qu’une réunion s’éternise un peu et tout le programme du soir s’écroule comme des dominos, en retard pour aller chercher les enfants, en retard pour faire le repas, en retard pour le cours de danse, les enfants au lit plus tard que prévu…et les remords de pas avoir eu le temps de lire une histoire avant d’éteindre.

 

 

 

 

La vie des parents solo est une course perpétuelle, sans personne pour prendre le relais quand on rentre lessivé d’une journée au bureau fatigante et qu’on a juste envie de s’affaler dans le canapé avec un paquet de chips, sans personne qui fera le boulot à notre place quand il faut garder les enfants malades, sans épaule pour pleurer quand c’est parfois un peu trop lourd de tout porter, sans réconfort quand on a crié un peu trop fort et qu’on culpabilise, sans soutien quand on a 39 de fièvre et la tête comme une pastèque.

 

Alors non, le courage c’est tenir debout malgré ce quotidien, c'est serrer les dents même quand on est au bout du rouleau, c'est déculpabiliser quand on n'a pas fait les choses comme on aurait voulu, c'est relever la tête quand on a envie de tout lâcher parce que c'est trop dur.

 

 

On est bien décidés à quitter cette course continue pour quelques semaines faites d’imprévus. On sait où on sera jusqu’au 4 janvier. Après tout peut arriver !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ko kood - réflexions

March 16, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

March 14, 2019

March 6, 2019

February 28, 2019

February 27, 2019

March 16, 2018

March 14, 2018

March 9, 2018

March 4, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags