© 2019 par Ma & Ky & Mi

Galère #1 - les transports au Vietnam

January 6, 2018

J'inaugure une nouvelle rubrique intitulée "nos galères", parce que y'en a toujours dans les voyages et qu'au final on en rigole bien (une fois rentrés à la maison !)

 

C'est donc le cœur gros que nous avons quitté la baie d'Halong...

En fin d'après-midi un speed boat est venu nous chercher en pleine mer pour nous ramener à l'île de Cat Ba pour ne pas rater le bus. À l'embarcadère un taxi nous attendait. Il nous a emmené à un second bus qui a traversé l'île et nous a emmené au 2ème embarcadère. De là nous avons pris un bateau pour regagner le continent. On a pris encore un bus, qui nous a laissé au milieu d'un virage, ou nous attendait un taxi. Celui ci nous a emmené à une gare de bus. Ou un bus couchette est arrivé. Le chauffeur était affreux, il fallait enlever ses chaussures et les mettre dans un sac. Les 3 couchettes du fond, les plus sales, étaient pour nous. On sortait de notre parenthèse enchantée et ça nous a fait l'effet d'une douche froide...on était les seuls étrangers et personne ne parlait un mot d'anglais (oui je suis bilingue maintenant. Et sociable). 

 

Oui y'en a une qui avait pas DU TOUT envie de rire 😅

 

Donc bon ben on s'est endormis...tout d'un coup un gentil vietnamien est venu nous réveiller. On était arrivés (juste nous, les autres partaient jusqu'à Saigon). Et là, le chauffeur nous a littéralement jetés dehors, nos chaussures a la main. On s'est retrouvés en chaussettes sur une aire d'autoroute fermée à 22h30, face à 2 canadiens qui attendaient la aussi. On s'est dévisagés et on a tapé un fou rire...

Un vietnamien sorti de nulle part est venu nous voir et nous a dit "vous allez à Tam Coc ? Un pick-up vous attend la bas". Et effectivement 2 jeunes mecs nous attendaient.

Conclusion 1 : les voyages ça rend patient (tout ça pour 175 km)

Conclusion 2 : les voyages aident au lâcher-prise

Conclusion 3 : les voyages apprennent à faire confiance (notamment aux 2 mecs dans le pick-up)

Mais l'histoire n'est pas finie !
Ces 2 charmants garçons nous ont donc déposés devant une allée et nous ont dit : c'est au bout ! Bonne nuit !

 

L'allée. De nuit. Avec nos sacs.

 


Donc on a marché, dans la nuit noire, au milieu des rizières, dans nos habits crasseux du bus et qu'on pourra pas laver tout de suite (première lessive de chaussettes le jour de notre arrivée : 6 jours après elles ne sont toujours pas sèches. Sur l'échelle de l'humidité le Vietnam pète tous les scores). Y' avait des chiens qui aboyaient (et mon fils répétait en boucle "mais si ils ont la rage on fait comment ? On est pas vaccinés"), des bruits de cigale, et ma fille paniquait "euhhh vu les lacs (ndlr : les rizières) il doit y avoir plein de moustiques...alors dengue ou palu pour ce soir Maman à ton avis ?"

Bref au bout du chemin il y avait notre guesthouse. Avec un énorme crapaud devant la porte.

Voilà, les voyages c'est aussi ça :) des voyages dans le voyage...dans quelques mois on en rira. Mais pour l'instant on tente de dormir entre la rage, le crapaud, le palu, la dengue et les cigales...  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ko kood - réflexions

March 16, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

March 14, 2019

March 6, 2019

February 28, 2019

February 27, 2019

March 16, 2018

March 14, 2018

March 9, 2018

March 4, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags