© 2019 par Ma & Ky & Mi

Battambang

January 21, 2018

Nous quittons Phnom Penh pour partir à l'ouest du pays. Le bus qui vient nous chercher est rempli de cambodgiens. Par chance nous trouvons 3 places devant.
Le bus s'arrête tous les 1/4 d'heure, pour faire monter des gens ou des vendeuses d'œuf dur. Je comprends très vite que le trajet de 300 km sera long, très long...on mettra 7 heures.

 


Mais bon les voyages apprennent la patience, et nous énerver ne nous fera pas arriver plus vite. Nous regardons le paysage. On dort, on écoute de la musique. Le bus est plutôt confortable, avec la clim, et le chauffeur est prudent. Vers 15h30 le bus fait une pause. Une dame fait cuire des œufs, avec la tête des poussins sortie de l'œuf. 

Je crois que les cambodgiens aiment bien les œufs. Tout le long du trajet des gens continueront à monter. J'ai l'impression que le bus est dans une autre matrice, avec des sièges qui s'ajoutent dès que quelqu'un monte. 

 

Nous traversons toute la campagne cambodgienne. Il y a beaucoup d'animaux, des chiens, des poules, des vaches, très maigres. Les maisons sont toutes sur pilotis. Elles sont en bois, parfois faites en tôles. 

 

 

 

On voit beaucoup d'écoles et de dispensaires (saviez-vous que les études de médecine et de pharmacie ici se font en français ?) Parfois le chauffeur freine fort : une vache traverse la route. Nous assistons au coucher du soleil sur la campagne et c'est splendide.
Enfin nous arrivons à Battambang, passablement fatigués de ce trajet. Nous posons nos affaires et filons manger. 

 

Avant ça je me bagarre avec mon fils pour lui faire porter des habits longs ; nous sommes désormais en terre de dengue et de paludisme. À cela s'ajoute le fait que nous sommes dans le pays où il y a le plus de cas de rage. Niveau de sérénité : très moyen.

Battambang est la deuxième ville la plus peuplée du pays et pourtant nous voyons peu de gens, c'est très calme. À 19h tout est fermé et les rues sont désertes. On a connu plus accueillant...En fin de soirée on a le contrecoup et le premier coup de mou du voyage. Il fait très chaud, on a encore rencontré aucun cambodgien sympa, on vient de se taper 7h de bus, arnaquer par le tuktuk (on arrive pas encore à éviter toutes les arnaques...). D'ailleurs le lendemain matin je me réveille avec une très forte contracture dans l'épaule. Coïncidence ? Je ne crois pas..

On regarde ce qu'il y a à faire dans le coin : des temples, ok mais on enchaine avec Angkor dans peu de jours et j'ai peur de l'overdose des enfants. Une ferme de crocodiles, voir 300 croco dans 30 m2 à attendre d'être transformé en sac à main : c'est non à l'unanimité. Une planche de bois propulsée avec un moteur de tondeuse à gazon sur une ancienne ligne de chemin de fer, à 5$ par personne hors pourboires fortement demandés à la fin ? C'est non aussi. La première fabrique de vin du pays ? Non encore.

Bon. Thomas et Laura nous conseillent un cours de cuisine : les enfants sont hyper motivés ! Alors on fera ça. À 23h Nary l'adorable cuisinière me répond qu'on peut venir dès le lendemain matin.

À 9h on arrive donc dans son restaurant, ou nous sommes chaleureusement accueillis. On commence par le marché...poisson, viande, légumes, épices...c'est vraiment le marché le plus incroyable que j'ai vu !

 

 


En plus d'y trouver des têtes de cochon 

 

on y voit tout l'intérieur d'une poule (et même ses œufs qu'elle attendait de pondre)

 

 

du boudin de poulet

 

 

des œufs de canard...bref un truc à te rendre végétarien dans l'instant.

On rentre au restaurant avec nos achats et on commence le cours ! Au menu : amok de poisson, nems végétariens, bœuf lok lak et bananes au tapioca et au lait de coco.
 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les enfants sont vraiment ravis, l'ambiance est super sympa !
11h40 on se met à table pour manger notre production. On a vraiment adoré, ça faisait un moment qu'on avait envie de faire un cours de cuisine et on ne regrette pas !

 

 


On file acheter les tickets de bus pour demain et je reçois un mail d'un chauffeur de tuktuk francophone qui nous propose de venir nous chercher en fin d'après-midi. On rentre faire une sieste car hier jusque tard j'ai entendu ricaner "et quand t'as des grosses fesses ?? BEN TU FAIS UN GROS CACA !!" D'ailleurs je vais bientôt préparer un article sur les enfants car c'est vrai qu'on rigole pas mal tous les 3...

Bref Davy vient nous chercher et nous promène à travers la campagne. 

Il m'emmène à un centre de méditation et me parle longuement de cette pratique. Est-ce un signe ? Ça fait quelques mois que je ne médite plus alors que je pratiquais chaque jour.

 

 

 

 

 

Ensuite il s'arrête chez une petite vendeuse en bord de route et nous propose de goûter...du rat au barbecue. Mon fils hyper partant a tout mangé, et il a même gardé un os pour le montrer à mamie à notre retour...

 


Ce sont des rats des rizières, qui mangent du riz, et pas du tout les rats des villes...apparemment c'est bon et "ça a le goût du poulet" selon mon courageux aventurier qui en demande même un second...

 

Au fond les œufs avec les embryons de poussin. Davy en a mangé un devant nous. On a pas eu trop envie d'en faire autant...


On se balade ensuite dans la campagne, on tombe sur la sortie d'école. On est frappés de voir que de tous jeunes les enfants rentrent de l'école à scooter. La plus jeune doit avoir 7 ans et ramène son petit frère qui n'a pas plus de 4 ans. Un grand nombre rentre à vélo, le long de la grande route où le mot d'ordre de conduite est "on fait le plus n'importe quoi possible". Ça fait peur de les voir sur ces routes si dangereuses.

Il me montre également le crématorium du village (les bouddhistes se font incinérer et le bouddhisme est religion d'Etat). Je lui pose enfin la question qui me taraude depuis mon arrivée : mais pourquoi toutes les maisons des campagnes sont sur pilotis alors que nous sommes loin d'un point d'eau ? Et bien car ce sont les maisons traditionnelles cambodgiennes, en dessous on y fait dormir les animaux, et on dort plus haut que les petites bêtes...

J'avais demandé à Davy de nous emmener à la grotte des chauve-souris, qui sortent toutes à la même heure, par millions, pour aller chasser les insectes qui mangent le riz des rizières. Leur ballet est incroyable et dure au moins 40 minutes ! En attendant qu'elles se décident à sortir il me parle très longuement de l'histoire terrible du Cambodge. C'est passionnant.

 

 

 


Nous avons rejoint notre hôtel ou le réceptionniste est tombé dingue de mon fils. Il lui a dit qu'il ressemblait à Jayden Smith (Le fils de Will vous suivez ?) et lui a carrément montré des vidéos de lui.

Nous ne sommes pas encore conquis par le Cambodge mais nous avons beaucoup aimé notre journée à Battambang. On attend la prochaine étape ! 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ko kood - réflexions

March 16, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

March 14, 2019

March 6, 2019

February 28, 2019

February 27, 2019

March 16, 2018

March 14, 2018