© 2019 par Ma & Ky & Mi

Kampong Cham

February 6, 2018

Notre voyage se modifie au fil du temps. On supprime des étapes qui nous faisaient envie avant le départ et on en rajoute d'autres dont on n'avait jamais entendu parler avant d'arriver ici...
Kompong Cham en fait partie. Petite ville à 3h de la capitale, nous l'avons relié depuis Kep, sans aucune idée de ce qui nous y attendait.
En fait plus on avance et plus on se rend compte qu'on n'a plus envie de visiter les villes. Comme un nécessaire besoin de retour à la terre, un besoin de contact avec les gens de plus en plus fort.
Notre première nuit s'est donc déroulée sur une île, dans un hamac, au milieu de la nature et sur les bords du Mékong. On s'est baladé sur l'île, à pied, à la rencontre des habitants qui décidément se passionnent pour les cheveux de mes enfants ! À chaque fois ça donne lieu à des discussions endiablées, dans un mélange de khmer, de français et d'anglais ! "Mais ou sont les parents ?" "Mais comment tu peux être la mère alors qu'ils sont noirs ?" "Mais ils viennent d'où pour avoir la même couleur que nous mais des cheveux aussi différents ?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi vu le pont en bamboo le plus long du monde, 800m, fait à la main tous les ans et détruit quand le niveau du fleuve remonte...

 

 

 

C'est aussi là que nous avons rencontré Sou Phal, notre adorable chauffeur de tuktuk qui nous a emmené le lendemain visiter une usine de caoutchouc ! Oui à première vue ça fait pas rêver...et en fait grâce à toutes ses explications ce fut passionnant ! Vous savez comment on fait du caoutchouc vous ?

 

Tout d'abord on récolte la sève des hévéas, tous les jours entre 3 et 5h du matin. 

 

 

 

Ensuite on transporte ce petit lait à l'usine, ou il sera mélangé à de l'eau et de l'acide. 

On laisse 24h agir et le lendemain on récupère la couche qui s'est formée.

 

 

 

On l'essore plusieurs fois, puis on fait cuire à 120 degrés pendant 8 minutes. 

 

 

Après on fait des tas compacts de 33 kg qu'on presse pour les emmagasiner. 

 

Et voilà ! Avec ce caoutchouc de qualité on fait des pneus d'avion et du matériel médical, avec la moins bonne qualité des pneus de voiture et des chaussures ! 

 

Puis Sou Phal nous a emmené dans un village sur les bords du Mékong pour dormir chez l'habitant. Au delà de soutenir une association qui offre une instruction gratuite et de qualité aux enfants du village, cela nous a permis de nous immerger encore plus dans la culture khmer. Les enfants ont découvert la vie des enfants d'ici : pas de chambre mais un matelas posé au sol (ou une natte) sous une moustiquaire.

 

 

 

Pas de télé, pas de jouets, pas de parents pour dire "à table" "fais tes devoirs" "va prendre ta douche" "au lit". Les parents travaillent donc les enfants se débrouillent. Et ça rigole dans cette maison ! Les 7 enfants se font le repas, font la vaisselle, vont prendre leur douche et s'entraident pour les devoirs. Et à 5h, tout le monde debout...
La vie ici n'est pas facile, mais elle est simple. On se couche avec le soleil, on se lève avec.
L'association s'est développée et commence à sensibiliser les familles sur le tri des déchets (Le pays est une vaste décharge à ciel ouvert ; mais le temps des emballages en feuille de bananier est terminé, aujourd'hui c'est du plastique que les gens jettent dans la nature quand ils n'en ont plus besoin...), elle a également pu équiper 80 familles du village en eau courante (pour les douches seulement, l'eau n'est pas potable. Avant les douches c'était....dans le Mékong !).
Nous avons donc passé 2 jours à découvrir la vie de ce village à la campagne, au calme et dans un environnement magnifique...

 

 

 

Nous avons marché à travers champs pour nous retrouver seuls face au fleuve. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On est resté jusqu'au coucher du soleil et on est rentré chez nos hôtes, on a fait des bracelets avec les filles de la famille et on a joué aux cartes. 

 

 

C'était un chouette moment qui nous a donné envie de plus...ce sera chose faite a notre prochaine étape ! Départ pour la région la plus sauvage du pays dont je n'avais jamais entendu parler avant de mettre les pieds au Cambodge, au nord-est du pays.  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ko kood - réflexions

March 16, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

March 14, 2019

March 6, 2019

February 28, 2019

February 27, 2019