© 2019 par Ma & Ky & Mi

Paksé - le plateau des Bolovens

February 20, 2018

Quand j'ai commencé à me renseigner sur le Laos, la première chose sur laquelle je suis tombée est la boucle du plateau des Bolovens ( les jeunes backpackers disent aussi "la loop", ce qui veut dire la boucle en anglais :D )

Bon, concrètement c'est une boucle qui se fait en moto principalement, dans le sud du Laos. Il y a la petite, de 170 km, et la grande, que l'on peut faire en 4 jours. La boucle traverse plusieurs cascades. Voilà à quoi ça ressemble

C'était notre projeeeeeeeeet depuis déjà de longs mois, mais ça faisait déjà quelques semaines que les voyageurs qu'on rencontrait nous disaient "y'a 40 km de route en travaux, c'est l'horreur, franchement la route est affreuse" (sur la carte, tout le tronçon en bleu. En jaune les cascades...)

Bon. On est arrivés à Paksé, ville point de départ de la loop, qui ressemble à ça

 

Là on a continué à interroger les revenants de la boucle, qui nous disaient tous "oui c'est hard la route.."

Sauf que le tronçon en travaux est justement celui où il y a toutes les cascades (route du Sud).

En plus de ça, impossible de louer une moto, tout était réservé. Et la chaleur est vraiment étouffante, on est à 37 degrés à l'ombre. Donc on a fait la sieste en espérant qu'en se réveillant on trouve une moto, qu'il fasse moins chaud et que la route soit finie (ça on a juste rêvé). Le soir toujours aucune moto dispo.

Mais le lendemain, tout change. A 7h je fais le tour des agences et on trouve une petite moto bien entretenue. Il fait moins chaud (normal il est 7h) et la route est toujours en travaux. Même si j'étais toujours motivée à faire la boucle en entier, au moment de payer la moto un mec rentre en soufflant comme un bœuf "mais quelle horreur cette route ! Je suis un motard accompli mais vraiment j'ai jamais rien vu d'aussi affreux". Bon, ben on passera 3 nuits sur la route du nord...

 

On laisse nos affaires au loueur de moto et c'est juste munis d'un petit sac à dos qu'on part à l'assaut du plateau, heureux et motivés !

 

 

On s'arrête à une première cascade sympa, dans un cadre vraiment magnifique, mais qui nous dérange un peu...des tas de petits bungalows le long de la rivière sont complètement abandonnés, un village des minorités ethniques a été reconstitué, des petites dames veulent absolument nous vendre des trucs hors de prix...

​​

​Au bout de 2h on repart. On atteint Tad Lo vers 16h, après 90 km de route, complètement démotivés ; la route est longue, pas moche mais banale à souhait, on a mal aux fesses et le village est tout petit.

Fort heureusement on s'attable dans un petit bar tenu par un français qui propose des frites au camembert !! et c'est le début d"une longue et chouette soirée...

A notre grande table, il y a 2 filles qui voyagent ensemble, une famille avec 2 petits garçons déjà croisés au Cambodge, un couple et une fille qui voyage seule. On s'échange anecdotes, conseils, bon plans et arnaques à éviter autour de bières...

Le lendemain on fait une petite balade sur les cascades de Tad Lo qui sont vraiment jolies, et tout d'un coup on se rend compte que l'eau monte vite ! Ils ont du ouvrir un peu le barrage..

​L'après-midi on se décide à aller visiter un village animiste. Très réfractaire à la base (toujours cette impression du petit blanc qui va visiter les villages comme on va au zoo), j'ai quand même tenté l’expérience...et je ne regrette pas !

Monsieur Hook nous a présenté son village animiste et les croyances qu'ont ses habitants.

Alors qu'ici personne ne sait lire ni parler le lao, monsieur Hook parle lui un excellent anglais et semble assez hostile aux croyances que partagent les villageois. Quand il eu 8 ans, il refusa de se marier avec la fillette que ses parents avaient choisi pour lui (c'est la tradition ; les parents choisissent la première femme, puis l'homme peut choisir les suivantes. C'est une organisation polygame, et les enfants sont mariés très jeunes). À 13 ans, il refusa encore de se marier et préféra étudier. Il revint au village à 21 ans, où sous la pression il fut obligé se marier.
Les cérémonies sont nombreuses au village les soirs de pleine lune. C'est lors d'une d'elle que les esprits convoqués par le gourou ont révélé d'un homme avait brisé la règle sacrée de la virginité avant le mariage. Tous les hommes célibataires furent convoqués, et tous nièrent. Ils durent alors enfoncer un couteau dans un sac de riz ; si Le couteau restait droit, cela signifiait que celui qui l'avait planté avait fauté. C'est ce qu'il se passa pour monsieur Hook, Mais celui-ci continua de nier. Il fut alors convoqué avec son père et fut obligé de boire un mélange de sang de poulet fraîchement égorgé avec de l'eau. Si il était vraiment innocent, tout irait bien. Sinon dans moins de 3 jours il serait mort.
Son père préféra payer des vaches, chiens et autres animaux aux villageois plutot que de prendre le risque que son fils meure. Monsieur Hook à désormais l'interdiction de sortir du village, et il fut tenu responsable de la mort de son père quand celui-ci décéda quelques années plus tard.
Ici tout le monde fume, y compris les enfants des l'âge de 3 ans (eau, tabac et canne à sucre). Et tout le monde croit aux esprits de la nature. On se soigne grâce aux plantes et en allant voir le chaman. Les filles, souvent enceintes à 12 ou 13 ans vont accoucher dans la forêt avec leur mère. Quand elles rentrent au bout de quelques semaines le chaman lui demande si c'est un "bon" ou un "mauvais" bébé. Si c'est un mauvais, il sera abandonné hors du village. Monsieur Hook nous a assuré que la question restait posée, car c'est une tradition, mais que les mères répondent toujours que c'est un bon bébé. Elles doivent ensuite raconter le rêve qu'elles font à chaque pleine lune. En fonction du rêve qui sera raconté au chaman, celui-ci l'interprétera pour trouver un nom à l'enfant. Si la mère ne rêve pas, qu'elle fait un cauchemar ou que le rêve n'est pas jugé bon il faut attendre la pleine lune suivante. Donc certains enfants n'ont pas de prénom avant 4 ans, monsieur Hook n'a reçu le sien qu'à l'âge de 2 ans.
Le chaman et le gourou sont très présents dans la vie du village. Parfois ils organisent des cérémonies où un chien est attaché et à qui chaque villageois donne un coup de pied, pour se décharger de ses mauvais esprits. Quand le chien est mort, on le jette hors du village..
Les gens du village pensent que ceux qui ont les yeux bleus boivent beaucoup d'eau, et que ceux qui ont les yeux verts boivent beaucoup de soda. Ils pensent aussi que la terre est plate car ils ne peuvent croire que ceux qui vivent en bas de la planète ne tombent pas.
C'était une visite vraiment intéressante, en dehors du village (oui car monsieur Hook cultive également du café et nous explique donc tout le processus et les différentes sortes de café).
Ça fait plusieurs semaines qu'on voyage maintenant et donc on n'est plus dans le jugement avec tout ce qu'on voit, mais là ça fait mal au coeur pour la condition des femmes...et des enfants...et des animaux.  

 

 Les enfants du village (les anciens pensent que si on les prend en photo on leur vole leur âme)

 Quelqu'un reprendra bien un nid de fourmi rouge ? ça se mange cru, à la petite cuillère...

 

 Le village, certaines maisons contiennent jusqu'à 46 personnes...

 

Il est déjà tard dans l'après-midi quand on finit la visite et on décide finalement de faire la boucle entière, route de la mort comprise. On part donc trouver une petite auberge pour la nuit. Alors que le jour déclinait, on voit sur la route, dans le sens opposé, 4 vélos aux sacoches jaunes...on reconnaît tout de suite nos copains rencontrés à Siem Reap ! Ils cherchent justement où dormir eux aussi pour la nuit. Ils font la boucle à vélo (chapeau, ça monte sévère à certains moments !!) et dans le sens inverse de nous. On passera une super soirée tous les 7 à se raconter nos rencontres et nos petites anecdotes de voyage...

 Et à quoi jouent les enfants quand ils se retrouvent ? Aux playmobils !

 

Le lendemain c'est l'heure des adieux, on sait qu'on ne se reverra pas car ils partent ensuite vers le Vietnam, la Chine et la Mongolie.

 

On décolle donc pour s'approcher doucement de la route en travaux et des jolies cascades. Au milieu de la route on retrouve les 2 filles avec qui on avait passé la première soirée. Elles ont aussi décidé de couper la route et de passer la nuit près d'une cascade. Elles nous donnent des masques qui nous sauvent la vie car la poussière est irrespirable ici.

On se trouve rapidement une auberge où on laisse les sacs pour aller visiter les cascades du coin...

 La plus grande cascade du pays, 120m de haut...

 

 On a passé une chouette journée avec les filles, et on poursuivra la soirée avec elle et un voyageur à vélo qui dort aussi à l'auberge. Dans la soirée les enfants se rendent compte qu'ils ont claqué la porte avec les clés à l'intérieur...obligés d'aller voir les gérants de l'auberge, en pleine fête d'anniversaire (et donc bien imbibés de bières) et bien évidemment ils ne trouvent pas le double ! Ils défileront tous, un par un, pour finir par démonter la poignée au tournevis et au marteau.

La fête se terminera bien tard dans la nuit et nous négocierons en conséquence le prix de la chambre le lendemain matin...

Où l'on repart pour une dernière baignade avant d'affronter la dernière partie de la route infernale !

 

Sur la route, le manioc qui sèche..


Et quand on rentre à Paksé, on va visiter un petit village de tisserands.

On ira ensuite attendre patiemment notre bus de nuit car demain matin nous nous réveillerons 700 km plus loin...mais dans le même temps quelqu'un fera également un long voyage en avion de plusieurs milliers de kilomètres pour venir nous rejoindre !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ko kood - réflexions

March 16, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

March 14, 2019

March 6, 2019

February 28, 2019

February 27, 2019